masque chirurgical pour une bonne protection

Le masque chirurgical jetable ou grand public (lavable et réutilisable) risque fort, hélas, de faire partie de nos vies pendant encore un long moment. Porter une protection individuelle est désormais fortement recommandé pour notre santé. Ainsi, les autorités nous conseillent régulièrement le port du masque respiratoire dans certains cas, mais le rendent obligatoire dans d’autres. En effet, un masque de protection aide à réduire les risques de propagation du coronavirus. C’est un moyen de lutter contre l’infection et de faire reculer la pandémie. Il vient en complément des mesures d’hygiène ou gestes barrières.

Voyons comment s’y retrouver parmi les différentes sortes de masques respiratoires.

Un masque chirurgical, c’est quoi ?

Un masque chirurgical est un dispositif médical conçu pour filtrer les bactéries. De fait, il permet d’éviter la contamination de celui qui le porte par un virus en circulation lors d’une épidémie. Il peut s’agir du virus de la grippe, par exemple, mais aussi celui de la Covid-19. Pour faire simple, il s’agit d’un masque de protection respiratoire qui met son porteur à l’abri du risque.

Le masque chirurgical, un équipement de protection des voies respiratoire efficace

Les masques chirurgicaux utilisés dans un cadre médical sont des protections jetables à usage unique. Les chirurgiens les changent à chaque nouvelle opération. Ils protègent les incisions (plaies) des patients lors d’une intervention chirurgicale. En effet, les médecins ainsi que le personnel soignant présents au bloc émettent des projections à chaque expiration lors de la respiration. Ce sont les fameuses gouttelettes ou microgouttelettes dont on entend parler en ce moment. Ces masques mettent le médecin à l’abri de l’inhalation de particules venant d’une autre personne.

Masque chirurgical et épidémie

Ces masques de protection sont aussi connus sous le nom de masques « anti-virus » ou masques « à usage médical ou chirurgical ». Le grand public peut les porter dans certains cas. C’est d’ailleurs ce qui se passe en ce moment dans notre pays et dans bien d’autres. Le contexte épidémique lié à la Covid-19 nous contraint donc à nous équiper. Il faut nous protéger et protéger les autres des micro-organismes qui circulent.

Par contre vous devez jeter ces masques après 4 heures d’utilisation car ils ne sont pas réutilisables.

Masque chirurgical ou masque de protection grand public ?

Le masque dit grand public ou alternatif, est un complément aux gestes barrières. On le fabrique généralement en tissu. Il s’agit d’un écran de protection lavable et donc réutilisable plusieurs fois. Si ce dispositif n’est pas aussi efficace que le masque de protection médical ou chirurgical, il répond néanmoins à des normes précises. Selon l’AFNOR, il vous apportera un bon niveau de protection s’il est correctement utilisé. La plupart de ces produits présentent 3 épaisseurs, mais certains proposent 4 couches. D’autres sont vendus avec une poche qui accueille un filtre.

Système D et Do It Yoursel

masque chirurgical fantaisie
La fantaisie s’invite dans le masque de protection

Vous pouvez bien sur fabriquer vous-même votre bouclier anti-virus. Vous trouverez d’ailleurs de nombreux tutoriels diffusés sur Internet par l’AFNOR ou par certains CHU. Les modèles à « bec de canard » ou à « trois plis » en tissus sont les plus reproduits. Cependant, tout le monde n’a pas de don pour la couture. Les couturières se heurtent quant à elles, à la pénurie de matériel, notamment en ce qui concerne les élastiques.

Achetez-les !

Donc, si vous n’êtes pas doué avec du fil et des aiguilles, ou que vous ne souhaitez pas sacrifier votre foulard préféré, une seule solution s’offre à vous. Commandez des masques chirurgicaux ou des masques grand public !

Comment mettre correctement un masque chirurgical ?

Un masque de protection chirurgical ou autre, n’est totalement efficace que si vous le placez correctement sur le visage. Il ne suffit pas de porter un masque pour obtenir une protection des voies respiratoires satisfaisante. Il faut le porter correctement.

Les bons gestes

  • La face visible est la face colorée. La plupart du temps, elle est bleue, quelque fois verte. Le côté blanc sert à absorber l’humidité émise par la bouche (postillons). Vous devez donc le tourner vers l’intérieur.
  • La barrette nasale doit être pincée sur la bosse du nez afin d’obtenir une bonne étanchéité et ainsi bien protéger les voies respiratoires.
  • Choisissez un masque de protection bien emboîtant. Pour être efficace, ce masque filtrant doit en effet, envelopper complètement le menton, la bouche et le nez.
  • Évitez les masques équipés de lanières. Au contraire des masques à élastiques, ils ne sont pas si faciles à manipuler.

Un hygiène irréprochable

  • Vous devez impérativement vous laver les mains avant de mettre votre masque de protection. Répétez l’opération lorsque vous l’enlevez.
  • Ne touchez pas la partie avant lorsque vous ôtez votre protection. Saisissez-la plutôt par les élastiques. Placez-la alors dans une boîte hermétique si elle est réutilisable.
  • Lavez-vous les mains à nouveau.

IMPORTANT. Si vous choisissez d’utiliser un masque jetable, placez-le dans un plastique fermé et non directement dans la poubelle.

Comment entretenir un masque réutilisable ?

Voici les recommandations de L’AFNOR pour l’entretien de votre protection.

  • Il faut laver son masque chirurgical grand public en tissu après chaque utilisation.
  • Le lavage s’effectue en machine et à 60 degrés. Le cycle doit durer au moins trente minutes.
  • Il est également possible de désinfecter efficacement son masque en le mettant au four à 70 degrés pendant trente minutes. Ce procédé, s’il en fait sourire certains, est pourtant validé par des études scientifiques.

Combien de fois peut-on réutiliser un masque lavable ?

Un masque en tissu fait-main est par nature, un peu moins résistant. De fait, il est un peu moins efficace qu’un masque cousu à la machine. Les tissus utilisés peuvent également être plus fragiles et s’abîmer après plusieurs lavages. L’efficacité de filtration est alors amoindrie. C’est pourquoi vous ne devez pas pas l’utiliser plus de 5 fois.

Les masques grand public plus résistants

Les masques de protection respiratoire grand public à visée collective ont une durée de vie plus élevée. Leur nombre d’utilisations assez élevé. En effet, ils résistent à 10, 20 ou 30 lavages selon le type de masque et le modèle.

Jack a dit : le port du masque est une contrainte nécessaire. Alors, n’hésitez pas et achetez un équipement de protection respiratoire pour vous et votre famille. Bien sûr, vous n’allez pas choisir un masque de protection comme un tee-shirt ou une paire de chaussettes, mais vous pourrez néanmoins trouvez quelques modèles fantaisie. Ils mettront un peu de gaieté dans cette période un peu sombre. Et n’oubliez pas, vous avez du style. Vous êtes un heroow !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *